> Publications : Les Cahiers n°4 seront disponiblesà partir du 6 novembre aux Archives municipales de Carmaux, à l'Office d'animation du Carmausin et à la Librairie du Coin Dulac et à la Maison de la Presse. Les Cahiers n°2 et les Cahiers n°3 sont toujours disponibles, contrairement aux Premiers Cahiers qui sont épuisés dans certains lieux de vente.


> Retrouvez l'actualité de l'association sur la page Facebook : www.facebook.com/histoireetpatrimoineducarmausin

Le cadran solaire de la Coopérative agricole de Carmaux

Cadran solaire vertical plan déclinant Nord Ouest
à style droit (axe du diabolo) et style polaire.
Devise française
Le temps et l'histoire se dévoilent toujours aux passionnés.

Techniques et dessin
Cadran solaire réalisé sur support peint avec des peintures acryliques. Le même type de peinture a été utilisé pour sa réalisation ainsi que celle du dessin situé en dessous. La facture du style polaire est en inox massif, de même que celle du style droit représentée par la boule obtenue par usinage mécanique.

Historique
Le bâtiment qui porte le cadran et le dessin, aujourd’hui occupé par la société Coopérative Agricole de Carmaux, a vu le jour au début du XXème siècle. A cette époque, la ville de Carmaux manque d’une grande salle de danse populaire pour divertir les nombreux ouvriers que la mine et la verrerie en pleine expansion ne cessent de recruter. Le limonadier Pierre Alaux du café du même nom va faire une extension de son commerce et élever à l’emplacement de sa cour fermée cet édifice avec sa magnifique façade ouvragée et créer la salle de bal "Le Rex ".
Ce qui frappe le client en entrant pour la première fois dans ce nouvel établissement est  la hauteur impressionnante de 11 mètres sous plafond  depuis le sol. Sol au demeurant fort simple, fait d’une dalle de ciment lissé continue au carrelage de la salle du café. Elle offre un fort contraste avec la majesté de l’ouvrage que découvre le public depuis la place Gambetta. Cette petite particularité sera à l’origine du nom populaire donné à ce lieu «  le bal ciment » pour le différencier du bal un peu  plus mondain, des "Bains" avec sa piste en parquet de bois.
Des restes importants d’une frise d’extérieur en terre cuite, découvert dans les combles avec Alain Espié, laisse supposer son emploi à l’origine pour coiffer ce bel édifice d’une couronne de dentelles. Ce type de parement en haut de façade était très en vogue au début du XXe siècle.
Aquarelle de Christiane Santoul, La salle de bal au temps de sa splendeur.
Le dessin sous le cadran solaire rappelle aux Carmausins une page de l’histoire sociale de leur cité. Au premier plan un couple de danseurs. Au second, sur la coursive supérieure une prostituée, en attente d’un client (Au dessus du café Alaux, tenant à la salle de bal, se trouve des chambres que les filles utilisent pour leur commerce).
Alcools, danses et filles, tous les ingrédients sont  réunis pour assurer le divertissement de nos anciens.
A la mort de Pierre Alaux, le 26 janvier 1906, l’exploitation de la salle de bal sera baillée. Le nom de "Rex" sera conservé et un nouveau café, "Le café Glacier" sera créé.
Le bâtiment deviendra la propriété de la société agricole de Carmaux en 1946. Mais il lui faudra attendre 1948 et l’annulation monnayé d’un contrat de bail passé entre l’ancienne propriétaire et un certain Grimal, pour qu’elle puisse jouir pleinement des lieux. Depuis une dalle massive en béton armé sépare en deux niveaux la salle de bal afin de créer un espace de stockage à l’étage. Stockage dédié à l’origine pour des réserves de blés. A remarquer à l’intérieur le plafond en bois d’origine avec sa magnifique et grandiose rosace qui ceinturait un puits de lumière naturelle depuis le toit.
L'ancienne salle de bal,
aujourd'hui magasin et remise de la Coopérative agricole. 
Gnomoniste
BENOIT Didier, membre de la commission des cadrans solaires de la Société Astronomique de France.