> Publications : Les Cahiers n°4 seront disponiblesà partir du 6 novembre aux Archives municipales de Carmaux, à l'Office d'animation du Carmausin et à la Librairie du Coin Dulac et à la Maison de la Presse. Les Cahiers n°2 et les Cahiers n°3 sont toujours disponibles, contrairement aux Premiers Cahiers qui sont épuisés dans certains lieux de vente.


> Retrouvez l'actualité de l'association sur la page Facebook : www.facebook.com/histoireetpatrimoineducarmausin

Les Cahiers : une idée de cadeau pour Noël !

Histoire et Patrimoine du Carmausin participe cette année à deux marchés de Noël,
 en proposant la vente des Premiers Cahiers et des Cahiers n°2.
*** Vendredi 6 et Samedi 7 Décembre 2013 à Cagnac-les-mines ***
Organisé par l'Association des parents d'élèves et le Foyer rural de Cagnac,
Salle de gymnastique (derrière la mairie).

*** Dimanche 15 Décembre 2013 à Saint-Benoit-de-Carmaux ***
Organisé par A.B.C., à l'Art'air aux écoles de Fontgrande, de 10h à 18h.

La vente de la revue se poursuit dans les lieux habituels :
Archives municipales de Carmaux, Office de tourisme du Carmausin, 
Librairie du Coin Dulac et Maison de la Presse à Carmaux,
Fleurs-Presse à St-Benoît-de-Carmaux
et auprès des membres de l'association.
**********

Les membres de l'association H.P.C. remerciés pour la restauration de la maquette Martin

Jeudi 14 novembre 2013, le maire de Saint-Benoit-de-Carmaux, Thierry San Andres, et les membres du Conseil municipal avaient convié les membres de l'association pour les remercier suite à leur restauration bénévole de la maquette Martin.
L'occasion de revenir sur ce travail qui a demandé des heures de patience afin de donner une nouvelle jeunesse à cette oeuvre réalisée par André Martin et qui représente les deux puits de mine de la Tronquié.

Pour en savoir plus, cliquez ici et voir l'article "La sauvegarde du petit patrimoine" dans la revue Les Cahiers n°2.

Article de la Dépêche du Midi du 26 novembre 2013 :
La maquette des puits de la Tronquié exposée à la mairie
Jeudi 14 novembre, la superbe maquette représentant les puits n° 1 (creusé en 1878) et n° 2 (1883), réalisée par le Bénédictin André Martin, était installée dans la salle du conseil de la mairie de St-Benoît, en présence de Mme Martin, d’élus et du maire Thierry San Andrès, des bénévoles de l’association Histoire et Patrimoine du Carmausin (HPC) et son président Pierrot Santoul.
«Exposée à l’école de Fontgrande, elle avait subi les assauts d’élèves et ne revêtait plus les apparences de sa création», soulignait Thierry San Andrès : «Après de multiples rencontres et discussions entre historiens et amoureux du patrimoine, Gérard Gorgues, alors président de HPC, et moi-même avons convenu de la nécessité de la rénover». Maîtres d’œuvre de ce travail d’orfèvre, les bénévoles de HPC que nous avions rencontrés, en février dernier, en plein travail.
Un travail particulièrement méticuleux qui n’effrayait pas les «artistes», Huguette, Thérèse, Avelino, Pierrot, Marguerite, Isabelle, Annie et Jean-Pierre, autour du chef d’orchestre Didier Benoît. Un travail de fourmi pour un résultat étonnant, la maquette est aujourd’hui un «objet» de référence pour l’histoire du territoire et pour son patrimoine minier.
Thierry San Andrès, le maire, pouvait alors remercier toute l’équipe «Du fond du cœur», pour ce travail remarquable.
À voir à la mairie de St-Benoît, salle du conseil.
Jean-Louis Grelat

H.P.C. était présente à Imagine Carmaux 2013

L'association Histoire et Patrimoine du Carmausin a participé au 13ème Forum des associations organisé par Imagine Carmaux, le samedi 9 et le dimanche 10 novembre 2013 à la salle François Mitterrand de Carmaux.
Ce fut l'occasion de découvrir nos activités, d'en savoir plus sur la restauration de l'emblème du Cercle des Travailleurs et de se procurer notre revue "Les Cahiers n°2" sortie en septembre dernier.
De plus, des bénévoles d'H.P.C ont pu commencer la restauration de la maquette de l'ancienne piscine du Candou (phase de nettoyage) et ainsi se remémorer avec les visiteurs les heures de gloire de cet ancien équipement sportif. Sur notre stand également, Gérard Gorgues et Jean-Louis Canac ont pu dédicacer leurs ouvrages respectifs.

Le samedi en fin d'après-midi, certains membres de l'association se sont même confrontés à l'épreuve de la dictée et le dimanche matin H.P.C. était l'invitée de Radio Albigès.

Parmi les 80 associations également présentes, nos amis-partenaires tenaient leurs stands : l'Office de tourisme du Carmausin, le Cercle occitan de Carmaux, le Foyer rural de Cagnac-les-mines et l'Association philatélique du Carmausin.

Merci à Sylvie Long et à toute l'équipe organisatrice de ces deux journées.

Retour en photos sur cette 13ème édition d'Imagine Carmaux

Ouverture de la chapelle Saint-Roch

   Pour la troisième année consécutive, les membres de l’association Histoire et Patrimoine du Carmausin vous invitent à découvrir la chapelle Saint-Roch.
   Situé au cœur du cimetière Sainte-Cécile de Carmaux, ce monument, autrefois nommé église Sainte-Cécile, est sans doute l’un des plus anciens lieux de culte de la cité minière puisque le plus vieux document qui en fait mention date de 1311.
   Des bénévoles vous feront admirer ses éléments patrimoniaux, dont certains sont inscrits au titre des monuments historiques. Habituellement fermée le reste de l’année, la chapelle sera donc ouverte le jeudi 31 octobre et le vendredi 1er novembre 2013 de 14h30 à 17h.

Les Cahiers n°2 sont sortis !

   Cette année, les Journées du Patrimoine ont été l'occasion pour l'association Histoire et Patrimoine du Carmausin de procéder au lancement officiel de sa revue "Les Cahiers n°2".

Au sommaire de ce deuxième numéro, 11 articles rédigés par des membres de l'association :

La sauvegarde du petit patrimoine
L’avenue Jean-Baptiste Calvignac
La naissance du Calelh
Le Noël des enfants de mineurs
Les statues et les croix mémoriales du Garric
L’école de la Tour
La chapelle Saint-Dalmaze à Cagnac-les-mines (1ère partie)
Les débuts du tennis dans le Carmausin (1ère partie)
Le cadran canonial de l’église St-Martial de Pouzounac
Les trois villages de mineurs
Le boulevard J-F. Kennedy


   Vous pouvez vous procurer cet ouvrage de 72 pages auprès des membres de l'association ou dans les points de vente suivants sur Carmaux :
> Archives municipales, Centre Culturel, Avenue Bouloc Torcatis
> Librairie du Coin Dulac, Avenue Albert Thomas
> Office de tourisme du Carmausin, Place Gambetta
> Fleurs-Presse à Saint-Benoît-de-Carmaux
> Maison de la Presse, Avenue Jean Jaurès

Prix de vente : 10 €
Les Premiers Cahiers sont toujours disponibles !
Contact : histoireetpatrimoineducarmausin@yahoo.fr

Retour sur les animations des Journées du Patrimoine, édition 2013

   Depuis sa création en 2010, l'association H.P.C. participe chaque année aux Journées européennes du Patrimoine. Elle propose des animations en relation avec le thème choisi par le ministère de la Culture, celui de cette année étant : "1913-2013 : 100 ans de protection".

   Dimanche 15 septembre 2013, en partenariat avec les Archives municipales, les habitants du Carmausin étaient invités à venir faire une "Escale sur la place Jean Jaurès". Au programme : retour sur la restauration du monument Jean Jaurès et découverte du Cercle des Travailleurs. Des bénévoles revenaient également sur la vie de Jean Jaurès quand il était député de Carmaux. A l'intérieur de l'ancien café des Arts, les archivistes proposaient un diaporama retraçant la vie d'antan autour de la place Jean Jaurès en photos et avec témoignages de Carmausins. Enfin, l'association proposait à la vente le deuxième numéro de sa revue "Les Cahiers", lancé la veille à Cagnac pour le festival d'accordéon organisé par le Foyer rural.

   Afin de prolonger les Journées du Patrimoine, Jean-Louis Canac avait convié les marcheurs à une balade-découverte sur le chemin des moines au Garric le dimanche 22 septembre. Plus de 80 personnes ont participé à cette randonnée pour en savoir plus sur cet ancien chemin emprunté par des moines pendant six siècles et qui leur permettait d'acheminer les récoltes agricoles.

   A vos agendas : les membres d'H.P.C vous donnent rendez-vous lors du week-end de la Toussaint pour découvrir ou redécouvrir la chapelle Saint-Roch mais aussi aux Journées des Associations organisées par Imagine Carmaux, les 9 et 10 novembre 2013.

Jean Picard nous a quittés

Les membres de l’association Histoire et Patrimoine du Carmausin ont appris avec tristesse le décès de Jean Picard ce lundi 5 août 2013.

Jean Picard avait participé aux débuts de l’aventure H.P.C. en 2010 comme membre du Conseil d’administration, avant d’être désigné Président d’honneur de l’association lors de l’assemblée générale de mars dernier. Il aimait rendre compte de ses recherches sur l’histoire et le patrimoine du Carmausin et en particulier présenter des actes notariés très anciens. Malheureusement, son état de santé ne lui permettait plus d’assister aux réunions, ce qui ne l’empêchait pas de se tenir au courant des activités de l’association de manière régulière.

Les membres de l’association retiendront de lui l’image d’un homme extrêmement agréable et cultivé.

Nos pensées vont à sa famille.

Le cadran solaire du moulin de la Lande (Carmaux)

Cadran solaire fortement déclinant sud est
Techniques et dessin :

Cadran solaire réalisé sur support fait d’un enduit de chaux et ciment blanc. Peinture minérale de technique B du fabricant allemand « KEIM ». La facture du style polaire est en inox massif, de même que celle du style droit représentée par le diabolo obtenue par usinage mécanique.

Historique :
Depuis la Haute Antiquité et même au-delà, le site du roc de l’Avenc (l’Abenq) attire les hommes. Cette barrière rocheuse venant du N.N.O traverse la rivière « Cérou » et a du très tôt servir de passage à gué aux premières populations itinérantes. La présence de minerai de cuivre contenue dans la roche et mis à jour par l’érosion des eaux fût très certainement à l’origine de l’existence des sites de métallurgies du cuivre de la « Vayssonnié et de la Salaberdié » découverts lors des travaux routiers de la rocade de Carmaux. Les fouilles sur le site de l’Abenq menées par le service Régional de l’Archéologie de Midi Pyrénées qui ont suivie n’ont pas permis d’attester la présence d’exploitation préhistorique de la mine. Mais cela n’enlève en rien la possibilité que les métallurgistes chalcolithiques de la « Vayssonnié » et de la « Salaberdié » connaissaient ce gîte de cuivre et qu’ils en aient fait des prélèvements. De même que faute de n’avoir pas pu rentrer à l’intérieur de la mine (refus des propriétaires), la pauvreté des prélèvements de minerais fait à l’extérieur n’a pas facilité la lecture géochimique entre ces derniers et ceux composant les pièces découvertes lors des travaux de déviation de la ville. Le peu de comparaison en notre possession aujourd’hui tendent toutefois à valider leur commune appartenance même si ces interprétations restent très délicates. Les autres dates d’exploitations du roc de l’Avenc, sont confuses. L’époque Gallo-Romaine, bien que reconnue manque cruellement d’indices. Il en est de même pour les recherches d’exploitations sous le Premier Empire (restes de boisages gélifiés) ainsi que la date du forage mécanique de la galerie dite moderne.

Le moulin de la Lande situé à l’Avenc est connu sous l’Ancien Régime comme propriété de la famille de Ciron. Il est assis avec sa jetée sur la roche schisteuse qui traverse le Cérou à cet endroit-là. Une centaine de mètres le sépare de la mine. L’ancien directeur des mines Chassignet lui donnait, au début du XIXème siècle, des origines antiques liées au broyage du minerai de cuivre. Ce n’est que plus tard qu’il deviendra un moulin à moudre les céréales. Cette vision de précurseur trouve en ce début de troisième millénaire toute sa pertinence depuis les récentes découvertes archéologiques concernant les premiers moulins hydrauliques de France daté de la première moitié du premier siècle. Ces découvertes repoussent loin en arrières nos connaissances qui donnaient pour jalon la fin de la deuxième moitié du premier millénaire pour l’invention de la roue hydraulique. Bien sur rien aujourd’hui n’atteste de la présence du moulin de la Lande à l’époque Gallo-romaine et encore moins sa fonction.
L’interprétation de la devise qui suit met en scène toutes ces époques, en restant prudent sur l’ancienneté des meuniers et du moulin.

La devise :
(avec la complicité de mon ami Jacques Castagné)
J’ai voulu dans cette devise faire revivre la mémoire de ces hommes du Néolithique qui ont puisé le minerai de cuivre à même le roc ; celle de toutes ces gueules cuivrés, ces premiers mineurs organisés et très secrets du Carmausin ; celle des travailleurs des moulins à eaux d’autrefois qui se sont succédés durant de nombreux siècles au rocher de l’Avenc avec une petite pensé pour ce meunier imaginaire du début de notre ère.
A l’approche du cadran solaire le murmure des eaux parle à ceux qui savent l’entendre.

Passejaires ; escotatz trimar coirassiers millenaris, e molinaires d’un cop èra, al Roc de l’Avenc.
Equivalence en Français : Passants écoutez les forçats du travail millénaire du cuivre et des travailleurs du moulin à eau d’autrefois, au Roc de l’Avenc.

Le dessin :
Scène extraite de l’œuvre de Georgius Agricola « De Re Metalica » sur le travail de la mine et du moulin. La frise qui encadre le cadran est faite des symboles caractéristiques des mineurs et des moulins (les pics entrelacés et les rochers de minerais pour la mine, la roue et l’eau pour le moulin hydraulique).
Les lignes des dessins sont des plus simples pour une raison de clarté de lecture à cause de la distance qui sépare l’œuvre du passant.

Gnomoniste : Didier Benoit, 10 rue Jules Guesde 81400 Carmaux

Une croix restaurée à Saint-Jean-de-Marcel

Sollicitée par la municipalité de St-Jean-de-Marcel, notre équipe de restaurateurs-bénévoles a procédé au mois de juin à la restauration de la croix située à l'entrée du village.
Retrouvez ci-dessous un petit diaporama montrant les différentes étapes de la restauration et un article du Tarn Libre du 12 juillet 2013 (cliquez sur l'image).

Retour en images sur la restauration de l'emblème du Cercle des Travailleurs (Carmaux)

Façade du Cercle des Travailleurs avant restauration (Avenue Jean Jaurès à Carmaux)
Le Cercle des Travailleurs a été créé par douze verriers, huit mineurs, un barbier, un instituteur, un charron, un maçon, un boucher et un sculpteur. La date retenue pour la fondation est celle de 1880.

L'emblème du cercle des travailleurs est enlevé de la façade afin d’être restauré. Deux pointes de 7 cm le maintenaient en position à cheval sur le joint de séparation des deux bâtisses.

Le médaillon porte les attributs des mineurs : deux pics et une lampe rave et celui des verriers : deux cannes à souffler le verre (garnies de pâte de verre à leur extrémité). Une masse et un burin pourraient être attribués aux travailleurs de la pierre, autrement dit aux chaufourniers ou bien à notre sculpteur fondateur et par delà au maçon.
La couronne de chêne marque : l'union et la force
Le bonnet : la liberté
La cocarde: la république
Les mains jointes : la solidarité.
Ce morceau de calcaire tendre présente une surface très dégradée, en grande partie déminéralisée. Une pellicule noire et grasse reste encore présente sur tout le feuillage sculpté. Sur les parties nues de la pierre, les grains de calcaire se détachent par frottement des doigts. L’étape suivante de restauration, après dégraissage, a été de consolider ces zones et de reprendre au mastic de sculpteur les parties détruites.
Première opération : nettoyage.
Après l'application d'un cataplasme "cellulose-argile-gel de nettoyage, les restaurateurs bénévoles ont procédé au nettoyage minutieux de la pierre. Le travail s'est terminé par raclage de zones très ciblées. Séchage à cœur de la pierre en cabine pendant sept jours.
La deuxième, de consolider (reminéraliser) la pierre en profondeur avec une solution de silicate d'éthyle (3 litres, temps de séchage 15 jours).
La troisième, de réparer et reconstituer à l'aide de mastic à base de chaux et poudre calcaire la surface et les éléments disparus de la sculpture.
Des traces de polychromies se sont révélées, dont un rouge très vif pour le lettrage.



La quatrième, passage d’une patine de fond afin de préparer la pierre.
Reproduction sur papier des éléments à reprendre, fabrication d'un mastic de sculpteur et application soignée sur les parties endommagées de l’œuvre, restitution du coq et autres pièces manquantes de la lampe. 




La cinquième, patine polychrome de finition.
40 heures de travail bénévole ont été nécessaires pour réaliser cette restauration.
Un autre article sur l'emblème du Cercle des travailleurs : cliquez ici.
Photos de Didier Benoit.

La restitution du cadran solaire du Domaine de la Verrerie

Depuis quelques semaines, il est désormais possible d'admirer le cadran solaire situé sur le pigeonnier du Domaine de la Verrerie. Sa reconstitution a été assurée par Didier Benoit, qui nous relate l'histoire de ce cadran, sa description et sa réalisation. L'association Histoire et Patrimoine du Carmausin de son côté s'est investie dans des recherches en archives et sur site, afin de réunir le maximum d'informations susceptibles d'aider à cette restitution.

Le cadran solaire du Domaine de la Verrerie
au début du XXème siècle
> Historique :

Par décret royaux du 2 mai et du 12 septembre 1752, Louis XV autorise Gabriel de Solages et sa descendance à créer une verrerie à bouteilles et une concession pour exploiter les mines de charbon autour de cette verrerie. Entre 1752 et 1754, la verrerie royale de Carmaux avec ses dépendances (maisons de verriers et de direction, stockage, puits d'extraction etc….) verra le jour. Une briqueterie sera aussi créée  A partir de 1755, Gabriel de Solages et son épouse Marie de Julliot de Longchamps s’installent dans une  gentilhommière qu’ils viennent de faire construire et qui intègre le nouvel ensemble de fabrique. Le pigeonnier qui porte le cadran solaire date de cette époque là, et a logiquement était construit dans la continuité de cet ensemble de production d’avant-garde.

Le tracé mathématique de ce cadran solaire, interprété à partir de la photo ci-dessus, emmène les personnes averties à la science gnomonique, à la création d’un instrument de précision. Il a été conçu pour le personnel privé et professionnel du lieu, et attraper la fuite du temps que les horloges du domaine ne savaient encore maîtriser. Nous avons donc là, la quasi certitude, qu’un cadran solaire a été dès l’origine de la verrerie mis en place pour participer à la gestion du temps de la production humaine. Ce même temps maîtrisé qui ouvrira, dans les décennies à venir, le chemin de la révolution industrielle.
Le pigeonnier aujourd'hui est amputé de la partie septentrionale de son bâtit. On peut voir sur le plan du XVIIIème siècle reproduit sur la façade opposée à celle qui porte le cadran solaire l'implantation de la fabrique avec toutes ses dépendances au moment de sa création. Pour l'histoire, le château représenté sur le dessin prendra la place de la gentilhommière quelques temps après la naissance de la fabrique.

> Le cadran solaire :

Ce cadran solaire à été répertorié dans la deuxième moitié du XIXème siècle par le Baron Edmond de Rivières, éminent archéologue Tarnais natif d’Albi, à qui l’on doit les premiers recensements des cadrans solaires de France. Dans son livre «Inscription et devises horaires de 1885 » il cite : Au domaine du Marquis de Carmaux un cadran solaire avec sa devise UMBRA REGIT. La photo ci-dessus qui date du début du XXème apporte un complément d’informations inespéré et sur lequel va pouvoir s’appuyer sa restitution. La vue de ce cadran solaire est exceptionnelle de clarté. Comme on peut  le voir sur la photo, la table (2) du cadran est grande (les pierres d'angles encore visibles de nos jours servent de jalons). Cette table est positionnée basse sur le pigeonnier afin que la corniche de la toiture ne nuise pas à son éclairage en été. Le style (3) en fer forgé est puissant. Une protubérance termine son extrémité. Les lignes des heures et des demi-heures partent toutes de son point d'implantation. Le centre de cet indicateur du temps semble porter une tête radiée qui figure l'astre du jour ; dont les lignes simulent les rayons. Aux extrémités des droites des heures, dans un bandeau délimité par deux liserés, se lient les chiffres arabes 8, 9, 10, 11, 12, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 puis, au dessus, dans l'espace laissé libre entre le pied du style et le bandeau supérieur l’emplacement de deux mots à peine perceptibles: UMBRA REGIT, que le baron de Rivières nous dévoile dans son mémoire. Sur la table la palette des couleurs se limite aujourd’hui à l’interprétation des teintes saturées. Tous les composants majeurs de cet indicateur du temps nous sont donc connus excepté le millésime dont une ombre suggère l’emplacement entre les deux mots de la devise.
Le cadran solaire restitué
Note : Le millésime en partie effacé porté aujourd'hui sur le cadran solaire restitué est de mon interprétation, car la date précise de la décennie qui a vu sa création ne nous est pas connue. Saint Hildevert me pardonnera cette liberté.
Son chiffrage de type "Arabes" interpelle. La gnomonique du XVIIIème siècle se nourri de chiffres Romains et médite sur des devises latines. Sur le cadran solaire de la verrerie seule la devise est conforme aux usages de l'époque. Elle marque son appartenance à la religion de l'église de Rome dont le siècle est tout imprégné. "Umbras umbra regit, pulvis et umbra sumus" ; l'ombre dirige nos ombres, nous ne sommes qu'ombre et poussière. Son origine est à rapprocher de la Genèse, III,19. Encore une fois notre condition de mortel nous est rappelée. Le chiffrage Arabes trouve ici son sens dans une lecture vulgaire. Il n'est pas un cas isolé dans la gnomonique tarnaise.
> L'oeuvre :
Ce cadran solaire de facture académique est la réalisation d’un cadranier (4) professionnel. La disposition et netteté du tracé mathématique analysée sur la photo, laisse présager une table légèrement déclinante sud/ouest, ce qui c'est avéré vrai après vérification. Dans la pure tradition gnomonique (1) de notre région, ce cadran solaire est réalisé sur un corps d’enduit de chaux selon la technique ancestrale du travail de la fresque. Ce cadran a disparu de nos jours. J'ai rencontré une seule difficulté, la ligne horaire de 2h 30. Pour des raisons historiques je l'ai laissé telle que le cadranier l'avait calculé.
Note : Nous avons avec l'association Histoire et Patrimoine cherché dans le corps d'enduit les restes d'éventuels vestiges de l'ancien cadran solaire. Nous n'avons rien trouvé. En 1968, le crépis du pigeonnier ainsi que celui de château a été entièrement refait et les maçon ont piqué les murs à la pierre. La facture de ce travail est de très mauvaise qualité, âgé seulement d'une cinquantaine d'années cet enduit est totalement déminéralisé et s'enlève avec le plat de la main. Une simple minéralisation réglerait définitivement le problème.
(1) Gnomonique : art de concevoir, dessiner ou calculer et construire des cadrans solaires.
(2) Table : surface sur laquelle le cadranier réalise son cadran solaire (bois, pierre, fer, enduit  etc…) 
(3) Style : tige en fer la plupart des cas qui porte sur la table du cadran solaire l’ombre nécessaire à la lecture des angles horaires. L’équivalent des aiguilles de nos montres.
(4) Cadranier (ou gnomoniste) : celui qui réalise des cadrans solaires, les installe ou les restaure.

> Remerciements : Francis Maffre président de la Communauté des communes du Carmausin ainsi que toute son équipe, la caisse locale du Crédit Agricole de Carmaux, la fondation de la Banque Populaire Occitane.
Didier Benoit

L'emblème du Cercle des Travailleurs restauré

Exposé dans un premier temps dans le hall de la mairie de Carmaux, l'emblème du Cercle des Travailleurs restauré par des bénévoles de l'association, a retrouvé son emplacement initial : la façade de l'ancien Café des Arts.
Prochainement sur ce blog son histoire, les étapes de sa restauration ainsi que les photos des bénévoles au travail.
En attendant, à lire, deux articles de La Dépêche du Midi (6/06/2013) 

La restauration de la maquette d'André Martin représentant les deux puits de mine de La Tronquié

La maquette restaurée
   Au début de l'hiver, la municipalité de Saint-Benoit-de-Carmaux a fait appel à l'association H.P.C pour savoir si ses membres étaient intéressés par la restauration d'une maquette représentant les deux anciens puits de mine de La Tronquié. Cette maquette avait été réalisée par André Martin, bénédictin et mineur.


   Sans compter les heures, armés de patience et d'une bonne dose de précision, les bénévoles ont donc procédé à cette restauration.
Ci-dessous, retrouvez les images de leur travail.

   La maquette rejoindra l'école de Fontgrande, pour transmettre aux jeunes générations la mémoire de l'industrie minière sur le Carmausin. Un grand bravo à tous les bénévoles !

Plus d'explications dans un article sur les restaurations entreprises par l'association, 
dans Les Cahiers n°2 (sortie prévue à l'automne).
Un article de La Dépêche du Midi (cliquez ici).

Une restauration au domaine de la Verrerie

Les 13 et 14 mars derniers, a eu lieu, la restauration des épis de faîtage du pigeonnier du domaine du marquis de Solages. Une restauration assez rapide, les bénévoles ayant profité de la présence d'un échafaudage servant à effectuer des travaux sur la toiture, pour réaliser cette opération.

Didier Benoit nous explique le lifting qu'ont subi ces deux pièces, vieilles de plus de 200 ans.

"Les parties déformées ont été à l'aide de cales de bois et de maillet reformées. Les parties défoncées ont été mécaniquement repoussées.  Les voies d'eaux ont été colmatées. Un primaire époxy bi-composant pour plomb a été répandu sur l'intégralité des surface y compris l'intérieur des boules occupé par des pièces sphériques en bois de chêne servant de gabarit et raidisseur. Les jambages sur lesquels reposent les boules ont été renforcés aux angles aux moyens de fer/époxy et trame inox. Les espaces vide de l'intérieur des boules dus à la décomposition partielle du bois ont été traités avec des résines polyester. 
La surface extérieure a reçu une couche supplémentaire de résine époxy bi-composant pour plomb et deux couches de primaire couleur gris/plomb. Les rondins de fer servant au montage ont été changés par des pièces plus longues afin de les enfoncer plus profondément dans la charpente et à l'intérieur des boules Cela devrait suffire pour quelques décennies."

Félicitations aux bénévoles qui ont participé à cette opération de sauvegarde ! La toiture et ses épis pourront être admirés par les visiteurs des nouvelles expositions de la saison 2013 du Musée et Centre d'art du Verre.

Un cadran solaire en hommage au poète laboureur : Lucien Naves (Sainte-Gemme)


Présentation :
Situé sur la commune de Sainte-Gemme, ce cadran solaire trouve son origine dans une phrase tirée des poèmes en prose Méridienne* du paysan écrivain Lucien Naves. Cette splendide  phrase est à elle seule la ronde des saisons.
Lors de mon arrivée dans le Tarn, Lucien Naves, paysan du Ségala est le premier ouvrage que j’ai lu. Le personnage m’a séduit. Lorsque l’opportunité de créer ce cadran solaire se présenta, c’est tout simplement vers Naves que j’ai dirigé mes clients. Façon bien modeste de rendre hommage à cet homme brillant, dont l’esprit plane toujours sur les hautes terres de notre Ségala.

Les quatre saisons de Lucien Naves
(Dimension de la table du cadran : 190 x 120 cm)
Lucien Naves :
Lucien Naves est né à Vers, commune de Sainte-Gemme le 21 décembre 1899 et mort dans cette même commune le 26 juin 1966. Paysan écrivain, esprit d’une rare profondeur, il exalte le terrien au moment où reflue la condition paysanne, avec tout ce qu’elle comportait de forces morales et de valeurs. Louisa Paulin qu’il découvrit en 1940, le décida peut être à écrire. De 1943 à 1966, il donne ici et là, dont à la Revue du Tarn conférences et articles inspirés par des figures de l’albigeois, mais aussi de la vie rurale, ainsi les poèmes en prose que sont Méridienne et La forêt en marche.
Maurice Greslé-Bouignol

Tracé et dessin :
Ce cadran solaire est réalisé sur un enduit de marbre blanc de Carrare et peint selon la technique A, des peintures d’artistes du fabricant allemand Keim. La facture du style polaire est en inox massif, de même que celle du style droit représentée par la rondelle ajourée. Sur le tracé mathématique, courbe en huit du temps universel (UT) pour 12 h.
Au dessus de l’hyperbole du 21 décembre, le dessin d’une branche de chêne enneigée symbolise l’hiver. En dessous de la ligne équatoriale, deux compositions florales symbolisent le printemps et l’automne. La première, sur la droite du cadran solaire, est faite de Glaïeul d’Illyrie, de Violette odorante et d’un Céphalanthère jaune. La seconde est faite d’un Compagnon blanc, d’un Polygala commun et d’un plantain lancéolé. Sous l’hyperbole du 21 juin, un bouquet de Campanule à feuilles de pêcher, d’Adonis d’été et d’Epilobe en épi, symbolise l’été. Ces plantes sauvages sont tirées du livre de Claude Bernard La flore de la vallée du Viaur, cette flore tant chérie par Lucien Naves.

* Méridienne, emprunté au bas latin méridiana (hora), l’heure de midi. Pour un cadran solaire, les origines ne sauraient être mieux. En Italie, le mot « méridienne » désigne la grande famille des cadrans solaires.

Didier Benoit

Voeux 2013